30 décembre 2006

Le peuple

Le peuple est une notion assez floue. Qui ne ne recouvre pas exactement la masse des votants potentiels. Ou le nombre des moutons à tondre. Ce qui est un peu la même chose. Ni même le nombre d'habitants d'un pays donné. Encore que ce soit la définition la plus approchante.Non, là-bas, le peuple, c'est un mec et une gonzesse, sérieux comme des papes qui encadrent un gugusse avec un bonnet ridicule sur la tête, qui montre un truc en l'air et tient les tables de la loi contre lui.
Posté par eldorado à 02:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2006

Les dinosaures

Il y a un pays où dans les musées d'histoire naturelle, les dinosaures tentent d'attraper au vol les jumbo jets sur fond d'apocalypse polychrome. Si, si, c'est vrai ...
Posté par eldorado à 02:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2006

Sable et métal

Sable et métal. Illustration édifiante que l'on rencontre assez fréquemment en ville. Mais illustration de quoi ? De la finitude des choses ; du fait que tout retourne en poussière, y compris le métal le plus solide et apparemment le plus durable ? Juxtaposition de la pulvérulence, de la douceur et des arêtes tranchantes qui laissent des blessures dans la paume si l'on y prend garde ? A vrai dire, aucun autochtone n'a été en mesure que me fournir une explication satisfaisante. Et, si je n'avais pas été un étranger, on m'aurait... [Lire la suite]
Posté par eldorado à 02:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 décembre 2006

Un jeu à la con

C'est un jeu à la con. Mais les habitants de la ville n'aiment rien tant que le hasard et les gains ou déveines qu'il procure. Il arrive que le boudin à vélo, de manière aléatoire, bloque une des bicyclettes. Il faut alors aller payer une somme forfaitaire, une amende, au préposé. Par contre, le gain peut-être élevé si vous réussissez à garder votre monture libre un certain nombre de fois consécutives, une carte à poinçonner faisant foi. Evidemment, plus vous accumulez de points (et plus vous prenez le risque de retrouver le vélo... [Lire la suite]
Posté par eldorado à 01:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 décembre 2006

Le marcheur

L'homme qui marche ne s'arrête jamais. Il ne peut pas. Il ne sait pas. Il a peur de mourir s'il cesse ses déambulations. A moins qu'il ne soit, selon la tradition, un des 12 qui par leur marche infinie empêchent le monde de sombrer dans le chaos. Et, chaque soir, il espère qu'au moment où la fatigue le couchera sur son lit, un marcheur nocturne, quelque part sur la planête prendra la relève.
Posté par eldorado à 01:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 décembre 2006

Te souviens-tu ?

Te souviens-tu Nacha ? Tu étais venu par le transsibérien et moi plus banalement par l'avion. Rendez-vous au marché de Xizhimen, à 15 heures, devant le marchand de brioches. Pour pallier aux possibles incidents de transport, nous avions convenu que ce rendez-vous se reporterait, en cas d'impossibilité de l'un de nous deux, de jour en jour durant une semaine. C'était le lundi, je m'en souviens, la première itération.Bien que je n'en avais pas le droit (suivant les termes de notre contrat), je ne pouvais m'empêcher de jeter de furtifs... [Lire la suite]
Posté par eldorado à 02:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2006

Anarchy in Beijing

Il n'y a guère que dans les cages d'escalier que l'on peut percevoir des signes de pensée ou simplement de conscience politique. Qu'elle soit dissidente ou pas. Dehors, ça vit en grouillant, mais l'espace public n'est pas sectorisé par des partis ou des associations. Je ne sais pas si sur le fond c'est un bien ou un mal. Ce qui est sûr c'est que je comprends la fascination mêlée d'envie de nos gouvernants pour ce merveilleux pays où ça bosse dur et où ça ne moufte pas.
Posté par eldorado à 02:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2006

Objets trouvés

« ... trop méticuleux sont ces gens. Toujours à l'affut. ne perdent jamais rien ; ce n'est pas chez eux que l'industrie des parapluies ou des gants peut être florissante. Pour tout vous dire, le bureau des objets trouvés se résume à un coin de cour, sous un auvent. Les objets sont soigneusement emballés, prets à être envoyés à des organisations de bienfaisance car dans la majorité des cas, s'ils ont été perdus, c'est volontairement et personne ne viendra les réclamer. »
Posté par eldorado à 02:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
05 décembre 2006

Balance subtile

Après leur décès, on pesait les coeurs des cadavres avec ce qui s'appelait une balance subtile. Pour déterminer les Justes. Ceux qui méritaient d'être ensevelis plutôt que d'être incinérés à tout va. Ceux qu'on essaierait de montrer comme exemples.Leurs coeurs étaient soigneusement remis dans la cage thoracique, laquelle était refermée et recousue par des vieilles femmes à la méticulosité sans égale. Les coeurs des bouffeurs d'air étaient, eux, mis dans de grands sacs qu'on balançait dans les brasiers en même temps que les corps.
Posté par eldorado à 02:19 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
01 décembre 2006

Le mur bleu

Si l'on suit le mur bleu, on arrive enfin à l'endroit qui correspond à son destin ou plutôt l'endroit le plus représentatif ou marquant de son destin. Le mur bleu constitue à lui seul un chemin immanquable ; on a toutefois rajouté des panneaux, bleus aussi, mais d'un autre ton, pour que personne ne puisse prétendre s'être perdu on même ne pas avoir trouvé. Mais certains - et c'est le plus fréquent - rebroussent chemin avec de surprenantes excuses plein la bouche.
Posté par eldorado à 06:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]