21 juin 2007

Arrêt sur image

Well ... Boys and girls ... Le P est signe du destin, annonçant brusques changements, fin des temps anciens, ruptures et effondrements. Je vais donc arrêter là après un an de bons et loyaux services. Cela repartira peut-être un jour, mais dans un bout de temps, si j'en crois les haruspices consultés à l'occasion.Goodbye à tous et toutes, mercis, bises et respect, en particulier à Jeanne qui se sera révélée à la fois plus tenace et plus douée que moi.
Posté par eldorado à 13:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

01 avril 2007

Mais où est le ciel ?

Quand retrouverais-je ce terrible sentiment d'écrasement sous un ciel assassin, le cruel ciel du Midi à l'heure de la sieste, quand mes yeux étaient voilés par l'aveuglante blancheur, quand j'avais enfin trouvé mon maître sous forme de l'astre incandescent ? Quand, donc, je ne sais pas ... Mais où, je le sais ... Certainement pas dans ces pays du Nord où le pitoyable soleil d'hiver est incapable de chauffer mes os et a fortiori de bouffer mes iris ...
Posté par eldorado à 04:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 février 2007

Croiser la femme

C'est en croisant une femme que cela peut arriver. J'ai bien dit une femme. Et pas une fille. Pas une  minette, une adolescente ou post-adolescente désireuse de jauger son pouvoir d'attraction. Une femme qu'on qualifie de mûre, probablement mère de famille qui a toutefois gardé la capacité de flâner et de regarder. En passant, les regards se vrillent, alors que rien ne le laissait présager, et une boule se forme dans le thorax, un quelque chose oublié depuis 20 ans, sa peau légèrement ridée, ses chairs finement affaissées (et les... [Lire la suite]
Posté par eldorado à 04:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 février 2007

Aller et retour

Elle part, elle est partie, loin maintenant, acheter un croissant, mais en fait non, une instance plus tragique de ma vie, c'est un départ, un vrai, peut-être a-t'elle déchiré sous mes yeux une de mes photos, comme dans un mauvais melo avec un rictus de mépris. Mais bien entendu, elle revient, toujours en faisant la gueule - la boulangerie est fermée - et pourquoi ne m'imaginerais-je pas que je viens en catastrophe de congédier mes deux maitresses qu'elle croise sans - ouf ! - se douter de quelque chose ?
Posté par eldorado à 05:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]