24 mai 2006

3 variations

C'est souvent la nuit que l'on essaie le petit numérique offert pour un anniversaire. Dans les vitrines où les lueurs de la ville se reflètent et donnent le petit cachet recherché. Poses et sourires. Nous sommes seuls ou du moins peut-on le penser. On pourra dire plus tard « Nous étions là, c'était Paris en été, on avait oublié que demain il nous faudrait nous lever pour justement payer le numérique »(musique : Satie on Jazz, avec mes remerciements aux yeux)
Posté par eldorado à 08:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

23 mai 2006

U-bahn mit Kamera

Le métro est parait-il un sale endroit. Bruyant, populeux, suintant d'agressivité. Alors qu'il n'en est rien. Sans même parler des stations abandonnées comme des baleines échouées 30 mètres sous terre, il est toujours possible de trouver un coin où s'isoler, à contempler des murs étrangement éclairés par des néons à bout de souffle, à dire bonjour à des caméras dont on se doute bien qu'elle ne sont plus raccordées à quoi que ce soit depuis longtemps, à essayer de repérer des régularités dans les ondoiements du serpent de la... [Lire la suite]
Posté par eldorado à 08:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
22 mai 2006

Hey Blondie !

Well baby, tu m'as bien laissé immobile sur le trottoir, la machoire décrochée, quand je t'ai vu passer avec tes seins haut portés, fermes comme des pommes mûres, de ces pommes à la peau luisante et au goût un peu acide, et ce petit cul fièrement assumé, et dont evidemment tu ne pouvais ignorer la puissance attractrice. Bref, tout penseur au front large que je sois, j'ai suivi des yeux comme la moitié de la population de la rue, en me disant que bon sang la vie était mal faite et que tu pouvais être ma fille.
Posté par eldorado à 08:06 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
21 mai 2006

Le Joujou Rouge s'encanaille

Oyez, oyez braves gens ! Le Joujou Rouge vous offre à partir de ce dimanche la possibilité de participer à un nouveau point de vue.  Le thème  de cette  nouvelle  fournée est very wonderfull, puisqu'il s'agit du vice. N'accusez pas (s)Triol de se laisser aller à ses bas instincts, puisque, je le confesse, c'est moi qui l'ai choisi. Donc, braves gens, apportez vos contributions au Joujou Rouge ! Et plus vite que ça !
Posté par eldorado à 16:24 - Commentaires [7] - Permalien [#]
21 mai 2006

Figure de proue

Le capitaine Achab n'est pas mort. Il coule une retraite paisible dans un loft rénové dans le 6ème arrondissement. Il nourrit les pigeons, gave ses chats de sheba, lit Platon dans le texte et écoute du Bach à faible volume. Il regarde aussi souvent les nuages passer mollement dans le bout de ciel qu'on peut distinguer de la cour intérieure. Son seul luxe : la figure de proue de son dernier navire, à la silhouette toute droit sortie d'un film de Murnau et qui effraie fort ses petits-enfants.
Posté par eldorado à 08:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
20 mai 2006

Par la porte

Là, c'est mamie et ses petits enfants. Ce peut-être Maman et sa poussette. Gamins et leur ballon. Commis et son diable chargé de cannettes de Coca. Amoureux et leurs baisers. Vélo pourtant interdit de trottoir. Vendeurs de fausses rolex. Acheteurs/ses et achats en sacs plastiques. Clébards et leurs dérives. Filles en groupe et leurs hauts rires. Et pour finir flic qui me demande de sortir de là.
Posté par eldorado à 08:33 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

19 mai 2006

Monsieur Feu Rouge

Parfois, je dis : "Bonjour, Monsieur Feu Rouge". Enfin, quand je suis fatigué de me faire bousculer par la horde des lémures grognons. Monsieur Feu Rouge, lui, est toujours bien disposé. Toutes les instances de Monsieur Feu Rouge sont dans le même cas. C'est agréable. Robuste et tricolore en alternance, Monsieur Feu Rouge se laisse tripoter, et sa carapace granuleuse laisse de délicats frissons sur les doigts. Le mieux, evidemment, est de poser la tête contre Monsieur Feu Rouge, un oeil à la hauteur d'un des ses... [Lire la suite]
Posté par eldorado à 08:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
18 mai 2006

Vide incongru

Parfois, je jette un oeil dehors. Et capte des instant de vide dans une ville surpeuplée, sur un des axes les plus bouchonneux de la cité. Comme si, sans que j'en sois prévenu, toute la population avait déserté, lasse du combat, ou avait décidé de se laisser terrasser par une grippe ultra-synchronisée. Et je me dis qu'il faudrait que je ratrappe les rares survivants pour leur demander qui, quoi, comment, et qu'est-ce qu'on fait maintenant. Mais je sais que ce n'est qu'une aberration lors d'un battement de cils. Ne nous énervons... [Lire la suite]
Posté par eldorado à 08:20 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
17 mai 2006

Alia

Les mains gantées, ça me rappelle des souvenirs. Bonjour Madame. C'est pour moi, ces ravissants pulls à paume ? Grand merci, madame. Ainsi que ces yeux lumineux et délicatement ombrés ? Et cette robe qu'on dirait tout droit sortie d'un Hollywood-glamour film des années 50 ? Je mériterais donc cela ? Et moi qui suis là, la joue pas rasée et la veste avachie. Il fallait prévenir. Oui, c'est vrai, j'étais prévenu.
Posté par eldorado à 08:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
16 mai 2006

A quoi bon ?

Ce n'est pas le tout. Non, ce n'est pas le tout de suivre les filles dans la rue. A un moment ou à un autre, elles en disparaissent, de la rue. Elles s'enfoncent dans les murs, ou plus exactement dans les fissures ad hoc des dits murs. Elles rentrent chez elles, généralement, et s'en vont grimper des escaliers ou jouent à "je te tiens par la claustrophobie" dans des ascenseurs. Alors évidemment, si le digicode n'arrête pas le suiveur, il peut monter les marches, continuer à grimper quand elle ouvrira la porte à son... [Lire la suite]
Posté par eldorado à 08:08 - - Commentaires [9] - Permalien [#]