17 mars 2007

La sphère

La sphère est restée là. Dans la tour. Après que le navigateur soit revenu, nul n'a pas pu l'approcher. Les inquisiteurs n'ont rien su décider. Ils ne pouvaient la détruire, ne le voulaient pas, ni même la garder dans un cul de basse fosse - elle aurait pu dépérir, comment savoir ? Alors, elle trône, à la vue de tous, mais à bonne distance. Elle existe, nous la voyons, attendant qu'elle se manifeste, voire refaçonne nos quotidiens, certains parlent de prières secrètes qui lui seraient adressées.Nous en sommes toujours au même point... [Lire la suite]
Posté par eldorado à 00:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 mars 2007

Polyphème

Finalement rescapé , le voici doté de l'oeil de mort, le hachoir à regards qui pétrifie l'adversaire aussi sûrement que s'il était la Gorgone ...
Posté par eldorado à 04:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2007

Les grands fonds

Dans les grands fonds vivent des bestioles improbables, aux corps torturés par la pression et parés d'iridescences pour avancer dans l'éternelle nuit sous-marine. Dans mes grands fonds, des animaux biscornus végètent aussi, vêtus d'éclats de métal ou de verre, non pas pour repousser d'éventuels prédateurs mais pour cracher leur bile contre le milieu.
Posté par eldorado à 05:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2007

Le banc

Sans légende
Posté par eldorado à 05:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
16 janvier 2007

La caissette

J'ai toujours aimé l'idée que rien n'est du au hasard. ou à une plate necessité. Que la caissette de carton n'est pas là, comme ça, parce qu'elle ne rentrait pas dans la poubelle, mais que c'est un signe à un passant donné qui saura le reconnaître ou une offrande à une divinité mineure, entité protectrice de la rue en question. Ou que la caissette à 4 yeux est vivante et qu'elle s'est perchée là pour mieux observer les gens qui déambulent sans se douter de quoi que ce soit. La présence du relais téléphonique à coté de cette... [Lire la suite]
Posté par eldorado à 04:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2007

Les lunettes

Dans le métro, même bondé, je ne vois que certaines personnes, voire certains rogatons de personnes. Avec les lunettes. Le reste disparait dans le sombre. Evidemment, je me demande si je vois les bonnes personnes, celles que j'aurais envie de voir. Je ne peux pas régler les lunettes. c'est take them or throw them. Dernière angoisse, ceux que je vois existent-ils vraiment ? C'est à dire : les lunettes ne me feraient-elles pas apparaître ceux qui d'ordinaire sont dans l'infra-monde ?
Posté par eldorado à 04:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 décembre 2006

Les dinosaures

Il y a un pays où dans les musées d'histoire naturelle, les dinosaures tentent d'attraper au vol les jumbo jets sur fond d'apocalypse polychrome. Si, si, c'est vrai ...
Posté par eldorado à 02:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2006

Kill them all !

Les pigeons, c'est comme les flics. C'est moche et ça s'habille en bleu. Encore que les flics aient une véritable utilité et fonction pubique. Et ils ne chient pas sur les bâtiments historiques, les flics. C'est une engeance les pigeons. Vulgaire et difforme est le pigeon ; on ne l'imagine pas sauver un alpiniste pris dans une avalanche ou endormir un bébé par son ronronnement. Le sublime lui va comme un pyjama rose à un lapin ; imagine-t-on un pigeon mourir d'amour, inspirer les poetes souffreteux et ce n'est pas pour rien que... [Lire la suite]
Posté par eldorado à 01:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 novembre 2006

Les sales bêtes

Les sales bêtes à fourrure ont pour elles d'inspirer un vague sentiment de peluche quand bien même elles bouffent tout dans la maison et creusent des tranchées dans le jardin. Aussi hésite-t'on à prendre le fusil pour leur coller du plomb bien chaud dans le corps, et à exposer leur tête au dessus de la table du salon, comme une vulgaire gueule de cerf. Les enfants pleureraient, refuseraient de manger et même la maitresse de maison sentirait des regrets lui remonter à la gorge, venus de ses jeunes années.
Posté par eldorado à 00:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]